Lorsque l’on parle du bois et des incendies, on se dit de prime abord qu’une maison en bois ressemble à un barbecue géant et qu’a la première flamme sur les murs de la maison, celle-ci pourrait vite s’embraser. Et bien ce n’est pas le cas ! Que ce soit pour une maison en bois ou pour n’importe quel autre type de logement, la réglementation est la même pour tous. Une maison doit être capable de rester debout pendant au minimum 15 minutes, ce qui laisse le temps aux propriétaires de se réfugier à l’extérieur.


Chaque élément de construction d’une maison est classé selon sa réaction au feu. On peut alors distinguer 5 catégories d’inflammabilité :

  • M0 = incombustible
  • M1 = non inflammable
  • M2 = difficilement inflammable
  • M3 = moyennement inflammable
  • M4 = facilement inflammable

Pour savoir dans quelle catégorie le bois de construction va se placer, on prend en compte principalement trois critères. L’essence du bois, sa taille et son taux d’humidité. Certaines essences de bois brûlent plus difficilement que d’autre, par exemple le feuillus qui est un bois très dur aura beaucoup plus de mal à brûler que le sapin qui est un bois tendre et moins dense.

Les constructeurs améliorent généralement la réaction de la structure en bois de la maison en utilisant des produits ignifugés par imprégnation comme par exemple un vernis spéciale ou de la peinture anti-feu, ou encore avec de la mousse isolante qui jouera le rôle de barrière de protection contre le feu. Il est également possible d’utiliser, lors de la fabrication en usine, des produits qui vont pénétrer à l’intérieur du bois de manière à transformer des éléments en bois classés comme M2 (difficilement inflammable) en matériaux non inflammable (M1). Généralement, dans un incendie, la structure de la maison n’est jamais la cause de celui-ci. Ce sont plutôt les meubles et tapisseries qui sont à l’origine du problème car facilement inflammable.

Les principales causes d’incendie domestique sont les installations électriques vieillissante et de mauvaise qualité et les feux de cheminé. Dans une maison en bois, comme dans tout autre logement il faut bien veiller à ce que les conduits d’évacuation des fumées soient bien positionnés et isolés. Pour un poêle à bois, il faudra veiller à ce qu’il soit placé à bonne distance du mur et que ce dernier soit protégé avec une plaque thermique.


Il faut apporter une attention particulière à la propreté du conduit d’évacuation des fumées car les fumées qui y circulent déposent en continue de la suie. Cette suie est le résultat de la combustion incomplète du bois. Dans certaines conditions bien particulières, la suie peut s’enflammer et déclencher un feu de cheminé qui va mettre en périls votre demeure. C’est pour cela qu’il est obligatoire de faire ramoner ses conduits cheminé tous les ans. Si un sinistre devait être déclaré et que le ramonage n’a pas été fait, l’assurance ne vous indemniserait pas.

Le détecteur de fumé est aujourd’hui obligatoire dans toutes les maisons. C’est un élément indispensable, peu cher et qui pourrait vous sauver la vie si votre maison en bois venait à brûler alors pourquoi s’en priver.